Let us show beauty

Interview with Oz Barak - photographer, by Marie-Lou

When did your passion for photography start ?                                                                                                               

I was 19. A friend of my brother gave me a manual Minolta and a quick explanation on how the camera works and since then I never stopped. At first I just played with the camera, trying stuff, taking photos of anything I see. Trying double exposure, slow shutter, anything I had in mind. When I started to really get interested in photography, I bought a National Geographic book that explains everything about photography, from zero to any kind of photography, I loved that book ! 

 

What role does photography play in your life ? Is it a hobby, or means of earning your living ?                                                             

I have some commissioned work but it’s not my main income. I currently work in the local News Channel, just for the money (I need to eat !).  But I would really like to make a living from it, to do and think only photography !

You know, I shoot mostly portraits of people around me. I’m looking for the most natural position and feeling I can get from the person. Even when they notice me and look right at me I will click until I have the best photo. I don’t photograph models and not everyone is comfortable with the camera. When you put in front of a person the camera, generally he or she has automatically a shy smile or a silly face, but with time and with the clicks I make them feel comfortable and then, click! that’s my photo!     

 

You told me you learned by yourself but did you take any lessons at school ? 

After years of taking photos, a friend and I decided to go abroad to study. So we went to Florence in Italy to study film photography. We studied the darkroom, developing, printing, and everything from the actual click on the camera until the final printed image. It was amazing, the darkroom is the best therapy I have ever had ! Then I came back to Israel and did a one year course in Tel Aviv, studied Studio Photography. I wanted to know everything about light, and I think it’s the best place to do it, the studio !

 

What do your first pictures look like ?

Total disaster ! I took photos of everything ! My family, friends, landscapes, animals, flowers… everything ! I was really into it, and I had the need to take photos no matter what was in front of me.  I really wanted to improve and know everything. I felt that I was improving frame by frame, so it motivated me to continue. That’s the secret of getting better and better you know, practicing !

 

Your photos seem to be quite personal and taken on the spur of the moment, with no staging. So according to you, what makes a photo worth to be taken ?

Wow, that’s a good question. I never really thought about it. As cliché as it sounds, it’s really the moment. Most of the portraits I take are because I see something in the mood of the person. His/her feelings.  But I have some portraits that I take because I think visually it could look nice, for example if the place is beautiful or the light is catching my eye. Light guides me a lot, it gives a certain mood. It’s all about the light.

 

How many shots do you take per subject ?

It really depends. Sometimes the first shot is the “winning” one, and probably it’s because I managed to take the photo without the subject noticing me, and when the subject notices me, it takes him/her out of the “feeling” that I had liked to capture, so probably it will take me ten shots to get him/her used to my camera’s presence and feeling comfortable. Ten shot per one final photo of course.

What are yours inspirations ?

My biggest inspiration is Radiohead, the band. I’m a really big fan of them and Thom Yorke (the lead singer). I get a lot from their music. I have the conceptual self-portrait series that is inspired by their songs ! Of course also photography. I don’t have specific photographers. When it comes to photography, tumblr, flickr, facebook, are the best places to get inspired ! And I have many books of many famous photographers, but it’s not my main inspiration.

 

What equipment do you use ?

For digital I use my Nikon D700 with 50mm f/1.8 and 35mm f/2.0. For analogue I use Nikon FE2 and Yashica T5 (point & shoot camera).

 

Do you prefer film or digital ?

I must say both ! Film gives you a certain look and atmosphere digital will never give. But it got really expensive to use so I shoot less and less. With Digital you can practice easily, and it’s a lot better for Photoshop use. And it’s free !

 

So you retouch your photos. How long do you spend with Photoshop ?

If it’s a normal portrait, maximum  ten minutes. I have my own presets that I made so it doesn’t take long. For the self-conceptual photos it takes me something like an hour. But I have some photos that took me even longer.

 

What do you prefer : colour or black and white ?

I prefer colour. I don’t own a lot of black and white photos and if I do they are from a black and white film.

 

Do you think that the technical aspect is necessary to take a good picture ?

Yes I do. In all art you have the technical side and the artistic side. It takes both to make a good product !

 

What is  important to take a good picture ?

For me a good picture combines composition, light and the whole atmosphere/feeling. To get all these I suggest to practice a lot ! So never stop learning ! I will never stop…

 

What is your next project ?

I took a break from the self-conceptual portraits for a while but I would really like to get back into it and shoot more and more. I always try to do more stuff, not just portraits. It’s just that the portraits I do come naturally.

 

Do you have any advice for young photographers?

Yes of course! Never stop learning and practicing. When I say learning I don’t mean going to school ; you could learn everything by yourself. You see, 80% of what I know I learned by myself. Take a lot of photos, never stop, search for other photographers on the internet (flickr, facebook, tumblr, etc.), find the ones you like and learn from them, ask them questions, there are many nice people out there. See a lot of tutorials and guides on shooting and editing. Post your work and never stop shooting. Tutorials and guides will mean nothing if you don’t practice !

 

To see his work :

https://www.facebook.com/Oz.Webtape

http://ozbarak-photography.tumblr.com/

http://www.flickr.com/photos/webtape/

https://twitter.com/ozbarakk

                  

Premiere Interview avec Jonathan !

Tu fais partie d’une famille d’artistes. Ton frère est dans la musique et ta mère faisait de l’argile quand tu étais petit. Penses-tu que grandir dans cet environnement t’a influencé sur la voie artistique ?                                                                              

Je ne suis pas sûre qu’il y ait eu une grande influence. J’ai toujours eu une sensibilité exacerbée.

Tu t’es découvert une passion pour la photographie au cours d’un voyage en Australie, où tu as joué les baroudeurs. Peux-tu nous raconter en quoi ce voyage a révélé ton âme de photographe ?

En fait, la photo m’intéressait déjà bien avant ce voyage. Mais c’est en partant que j’ai décidé de passer le cap et d’acheter mon premier appareil photo, un Nikon D3000.  J’adorais me perdre dans les villes et passer mes journées à prendre tout ce qui me passait par la tête. J’aimais la sensation de me sentir seul au bout du monde avec mon appareil. Je me rappelle avoir photographié tout et n’importe quoi.

Selon toi, faut-il un enseignement pour être un bon photographe ?                                                                           

Je crois que ça se saurait si tous les grands photographes étaient devenus célèbres juste parce qu’ils ont étudié la photo ! Il y a de nombreux photographes, et même des maîtres tels que Robert Doisneau ou Henri Cartier-Bresson qui n’ont pas fait d’études en photographie. C’est en autodidactes qu’ils ont appris. Par contre, je pense qu’un apprentissage peut te faire gagner du temps, t’aiguiller sur tes recherches et sur ce que tu as vraiment envie de faire. Je pense qu’en autodidacte, c’est toujours un peu plus compliqué…

Et toi ? As-tu pris des cours de photo ?                                  

Non,  Je n’ai pas fait d’études en photographie. Par contre j’ai pris quelques cours du soir mais juste en dilettante. D’un certain point de vue, je considère que j’ai pris des cours car j’ai fait beaucoup de recherches sur Internet ou dans les livres.

Tu es jeune et tu cherches ta place dans le monde de la photo. Y a-t-il un domaine où tu souhaites te spécialiser ?

Oui, la photo de reportage. J’aime la photo de studio et de mode mais si je pouvais choisir, ce serait la photo de reportage qui lie ma passion pour la photo, mon envie de voyager et  de découvrir ce qui m’entoure. D’ailleurs sur mon site Internet tu peux voir pas mal de photos de mes voyages, et de petits reportages que je me suis moi-même improvisés. De toutes mes photos, je pense que ce sont celles que je préfère.

Quelles sont tes influences ?

Gregory Colbert en numéro un ! Quand je l’ai découvert, je suis resté scotché pendant deux jours devant son site. J’aime aussi Desiree Dolron et bien sûr, les génies de la photo comme Saul Leiter ou Doisneau. En photographie de mode, il y a Richard Avedon. En fait il y en a vraiment beaucoup ! Mais quand j’ai découvert Gregory Colbert, je me suis dit que ses photos étaient vraiment uniques au monde. C’est à ce moment que j’ai compris que je voulais faire de la photo. C’est simple, il a voyagé pendant dix ans et il a réalisé de nombreux clichés qui sont magiques ! Oui, si je devais en retenir qu’un, ce serait lui.

Argentique ou numérique ?

Les deux. Numérique pour le travail et l’argentique pour son rendu et sa beauté si particulière, ou la magie du moment capturé. C’est vraiment différent en fait. Pour l’esthétisme, je choisirais l’argentique mais pour le côté pratique et l’utilité, le numérique. Je fais beaucoup de photomontage et de retouches et le numérique s’y prête plus.

Sur ton site, on peut voir de nombreux portraits. Que recherches-tu à travers le portrait ?                             

En fait, il y a deux aspects que j’aime et qui m’attirent : le premier, c’est la lumière. J’aime l’idée que la lumière puisse modeler un visage et permet alors de se voir différemment. J’ai lu de nombreux livres sur la photo de portrait et la plupart des photographes disent qu’un portrait est réussi dès lors que tu arrives à capturer l’essence du modèle. Ce côté m’a aussi beaucoup intrigué et c’est donc ce que j’ai cherché à réaliser. Quand tu prends quelqu’un en photo, il arrive souvent que la personne ait un sourire crispé. C’est difficile de faire un bon portrait comme ça. Il faut que la personne soit relâchée et détendue. Mais c’est à l’œil et l’imagination du photographe de saisir et d’amener son modèle vers quelque chose qui  lui ressemble. Je ne sais pas si c’est très clair, mais j’ai du mal à vraiment l’expliquer.

N’importe qui peux-t-il devenir photographe ?     

Oui bien sûr.A partir du moment où tu as l’envie et des idées, tu peux très bien te lancer.

Comment fais-tu ta sélection ?

C’est une très bonne question. Quand je sors d’une séance photo, que ce soit en studio ou en extérieur, je suis toujours excité et je regarde mes photos dès que je rentre chez moi. A ce moment précis, je ne fais pas de sélection, je regarde juste mes photos en essayant d’avoir un avis objectif et un œil critique.  Je préfère attendre une semaine avant de faire ma sélection pour éviter d’être dans l’excitation de l’instant présent et donc, dans la subjectivité du moment vécu. Je vais te donner un exemple : il m’est souvent arrivé de revoir des photos datant de quelques années et dont je n’étais pas fier sur le moment. Mais avec le temps et l’œil qui se forme, il m’arrive de me dire que certaines photos peuvent finalement être exploitées. Il est donc important de prendre son temps.

Que ressens-tu au moment où tu captures une photo ? 

Ça dépend, il y a plein de sentiments qui m’envahissent mais c’est toujours très excitant. En photo-reportage par exemple, lorsque je regarde dans mon viseur et que je sens que c’est le moment, je me sens vraiment bien ! Mon cœur bat vite car à ce moment précis, je sais que je suis en train de saisir l’instant, le moment présent et qu’il faut vite capturer. Je sens que si je ne le fais pas, je risque de passer à côté de quelque chose. Je pense qu’on sait quand une photo doit être prise, ça se sent quand tu regardes dans ton viseur. Il faut être rapide, il suffit d’un rien pour qu’une scène change. C’est ça la magie de la photo, c’est réussir à capter le bon moment.

Tu as exposé pour la première fois à Paris, lors d’une soirée sur un bateau (le Batofar). Lors de cette soirée, tu as choisi d’exposer une série intitulée « Nuits Blanches ». Peux-tu nous parler de ce travail ?                                                                    

Il s’agit d’un projet que j’ai eu il y a maintenant deux ans et qui, je tiens à le préciser, n’est pas terminé. Pendant un long moment, j’ai été insomniaque et j’ai alors eu l’idée de capturer cet état, l’émotion dans laquelle l’insomniaque se trouve. En ce qui me concerne, pendant mes longues nuits blanches, je passe mon temps devant l’ordinateur, à retoucher des photos et à flâner sur Internet. Je suis un gros geek il faut le savoir ! Pour d’autres insomniaques, ce sera une nuit devant la télévision, à boire des bières, ou à jouer de la guitare etc.  J’ai donc eu envie de retranscrire cet état si particulier et grisant. Pour ce faire, j’ai réalisé un casting de personnes insomniaques. Je me suis ensuite rendu chez eux et j’ai tenté de recréer leurs interminables nuits.

Préfères-tu être derrière l’objectif ou derrière ton écran, sur Photoshop ?                                                              

C’est deux choses vraiment différentes. Il y a la post-production, donc derrière l’écran, où tu es au calme, posé. C’est là que tu te demandes comment tu vas exploiter ta photo. La post-production est un travail plus technique je pense, et tu fais davantage appel à ta créativité. En revanche, le moment où tu es derrière l’objectif est plus excitant. Tu dois chiner ton sujet et donner de ta personne. Par exemple tu dois parfois aller dans des endroits difficiles d’accès mais où la vue sera superbe. Tu dois donc te donner à fond et ne pas avoir peur d’escalader les murs. En photo de reportage, quand tu veux prendre une personne dans la rue, tu dois aller à sa rencontre, être au plus proche d’elle.  Il y a plus d’adrénaline derrière l’objectif car plus d’action. Devant l’écran, c’est une excitation créative. Lorsque je suis derrière mon ordinateur, je me dis que le plus gros du travail est passé. C’est pour ça que je préfère être derrière l’objectif, c’est plus excitant. Mais j’adore la retouche et je peux passer des heures entières sur Photoshop.

As-tu un conseil à donner aux jeunes photographes ?

Je leur dirais qu’il est très important de croire en soi, mais aussi d’écouter les critiques. Par exemple, l’un de mes torts a été d’être rapidement trop sûr de moi. Du coup, j’avais tendance à être trop fermé à la critique et à ne pas prendre en compte ce qu’on me disait. Grosse erreur ! Si une personne n’aime pas ta photo, il ne faut pas se braquer mais au contraire lui demander pourquoi. C’est vraiment important d’écouter et de prendre en compte les conseils des autres. Il faut aussi se plonger et analyser ce que nos prédécesseurs ont fait, afin d’apprendre la technique et d’éventuellement, par la suite, s’en détacher pour trouver son propre « truc ».

Retrouvez le sur :  https://www.facebook.com/Johnmoyalphotographe ou http://www.jonathanmoyal.fr/ ou bien sur http://500px.com/Johnmoyal

image

image